Ecran large sur tableau noir

 

Principes pédagogiques


Cliquez ici pour obtenir une version PDF de ce document facilement imprimable.

Vous trouverez à la page suivante un texte beaucoup plus complet exposant les principes et la philosophie générale qui guident le projet « Écran large sur tableau noir »


« Écran large sur tableau noir » est une manifestation organisée par le centre culturel Les Grignoux (Liège) qui comprend deux volets essentiels : d'une part une programmation de films à destination du public des écoles et d'autre part une collection de dossiers pédagogiques destinés à accompagner les films de cette programmation.

Cette manifestation est relayée par des organismes partenaires (centres culturels et/ou cinémas d'art et essai) dans les principales villes de la Communauté Wallonie/Bruxelles.

La programmation

Le choix des films

« Écran large sur tableau noir » propose chaque année scolaire un programme d'une trentaine de films destinés au public des écoles du fondamental et/ou du secondaire. Ces films sont retenus à la fois pour leur caractère accessible à un large public d'enfants ou d'adolescents et pour la richesse de leur mise en scène et l'intérêt des thèmes qu'ils abordent.

Plus précisément, ce choix essaie de rencontrer les exigences de trois mondes distincts, celui du cinéma d'art et essai qui défend des œuvres « minoritaires » mais de qualité, celui de l'enseignement dont les objectifs multiples et complexes ne se limitent évidemment pas à l'enseignement artistique (et encore moins à l'enseignement du septième art), et enfin celui des élèves qui, pour la plupart, ont déjà comme spectateurs une expérience du cinéma. La programmation d'« Écran large sur tableau noir » vise donc à faire découvrir aux jeunes spectateurs des œuvres qu'ils ne verraient sans doute pas spontanément, mais elle espère également, par sa variété, répondre aux attentes diverses des uns et des autres [1].

Un choix raisonné

Si cette programmation comprend pour l'essentiel des films récents, elle n'est cependant pas dépendante de l'actualité immédiate ni de ses succès éphémères : elle veut au contraire privilégier un choix raisonné des enseignants. Pour cela, les différents partenaires « Écran large sur tableau noir » élaborent en début de saison une brochure de présentation des films qui explique notamment quel est le public visé (en particulier en termes d'âge), quelles sont les qualités esthétiques et thématiques des différents films proposés, et enfin quels objectifs pédagogiques les enseignants des différentes disciplines peuvent poursuivre grâce à la vision de ces films.

Le cinéma en salle et à prix réduit

« Écran large sur tableau noir » souhaite privilégier la vision des films en salle, car celle-ci constitue une dimension essentielle du spectacle cinématographique. Les différents partenaires peuvent donc garantir une projection des films en salle dans les meilleures conditions possibles.

Pour faciliter l'accès du plus grand nombre au cinéma, le prix d'entrée des séances d'« Écran large sur tableau noir » est volontairement réduit, entre 50 et 60 % du prix habituel de la place de cinéma [2].

L'accompagnement pédagogique

L'originalité du projet « Écran large sur tableau noir » réside essentiellement dans le choix de l'accompagnement pédagogique qui consiste en dossiers qui sont d'abord destinés aux enseignants venant en matinées scolaires avec leurs élèves et qui leur sont remis gratuitement avant la séance.

Les dossiers

Les enseignants constituent les partenaires incontournables du projet « Écran large sur tableau noir » : il est donc indispensable de prendre en compte leurs attentes, leurs formations, leurs compétences qui sont multiples, diverses et sans doute, dans certains domaines comme le cinéma, partielles et incomplètes. Les responsables d'« Écran large sur tableau noir » ont fait le choix de s'adresser, à travers les dossiers pédagogiques qu'ils réalisent, à un maximum d'enseignants, sans leur demander de formation préalable dans le domaine cinématographique et en s'appuyant sur les compétences et les outils dont ils disposent déjà.

Par ailleurs, ces dossiers tiennent compte de l'état actuel des connaissances sur le cinéma : s'il existe de multiples théories du cinéma et différentes méthodes d'analyse de films, les unes et les autres sont loin de constituer un savoir solidement assuré qui permettrait d'aborder de façon réfléchie et critique l'ensemble des réalisations cinématographiques. D'un point de vue pédagogique, il est donc risqué de vulgariser sans précaution un savoir qui est à la fois partiel, hypothétique et souvent polémique [3]. Les dossiers réalisés dans le cadre d'« Écran large sur tableau noir » ne se limitent jamais à une simple vulgarisation d'un savoir produit par ailleurs et entendent examiner — avec les enseignants mais aussi les élèves — de façon critique les instruments d'analyse ou de réflexion éventuellement proposés.

Un souci pédagogique

La réalisation de chacun des dossiers pédagogiques répond à une double exigence :

  • comment les enseignants pourront-ils utiliser les outils ou les instruments de réflexion proposés ?
  • est-ce que ces outils et instruments vont apporter aux élèves ? et est-ce que les élèves pourront transposer à d'autres films les savoirs ou habiletés éventuellement acquis  ?

Si les réponses apportées dans les différents dossiers sont, comme toute réalisation humaine, de qualité variable, c'est ce souci pédagogique constant qui constitue l'originalité indéniable du projet « Écran large sur tableau noir ». Il ne s'agit pas dans ces dossiers de fournir simplement aux enseignants des documents divers et de toute nature sur le film, ni même un savoir plus ou moins vulgarisé sur le cinéma, mais de leur proposer de véritables pistes d'exploitation pédagogique qui soient réellement praticables en situation scolaire habituelle.

L'abord des films

Par rapport aux approches courantes dans le domaine du cinéma, les responsables d'« Écran large sur tableau noir » ont été progressivement amenés à définir un point de vue original sur les films, qui remet en cause certains partages traditionnels en ce domaine comme l'opposition entre la forme et le fond, entre le « langage proprement cinématographique » et les thèmes, ou encore entre la sphère de « l'image » et celle de la pensée « rationnelle ».

En privilégiant la vision des films dans les conditions habituelles d'une salle de cinéma (sans des instruments techniques comme le lecteur vidéo ou DVD), les responsables d'« Écran large sur tableau noir » proposent aux enseignants et aux jeunes spectateurs de travailler sur un matériau à la fois fragile et incontournable : la mémoire collective de la classe. L'objet de ce travail de remémoration est alors le film dans sa globalité comprise comme un ensemble de relations significatives entre ses différentes parties : un film, contrairement à une émission de télévision, n'est pas constitué par une accumulation de morceaux disparates et indépendants, mais traduit un projet significatif d'ensemble. Ce projet, loin de se limiter à un récit, à des thèmes ou à un propos de nature idéologique, s'exprime également dans des choix esthétiques dont la cohérence ne peut que difficilement apparaître au niveau d'une séquence isolée.

Enfin, dans l'ensemble complexe et multiforme que constitue un film, il n'est pas possible de définir a priori les éléments qui seraient importants ou les traits nécessairement pertinents. Pour chaque film, il faut déterminer sans dogmatisme le point de vue le plus adapté au projet créatif de son auteur — on n'analyse pas de la même manière un film de Jacques Tati et un autre de Ken Loach — mais également aux intérêts, aux objectifs, sinon au plaisir des enseignants et des jeunes spectateurs auxquels on s'adresse. Cela explique que, pour chacun des films proposés dans le cadre d'« Écran large sur tableau noir », l'équipe réalise un dossier spécifique, même si plusieurs de ces dossiers proposent des outils ou des méthodes transposables à un grand nombre d'autres films [4].

Le réseau « Écran large sur tableau noir »

Les différents organismes partenaires du réseau « Écran large sur tableau noir » s'engagent à respecter les grands principes décrits ci-dessus, en particulier la programmation annuelle, le prix réduit, la remise gratuite des dossiers pédagogiques aux enseignants. Chaque partenaire peut cependant tenir compte des spécificités locales en matière programmation. Il peut également proposer des animations, des activités ou des réalisations pour compléter l'accompagnement pédagogique constitué par les dossiers.

Les Grignoux assurent la coordination pédagogique de l'activité et veillent notamment à assurer un partage des informations et des expériences entre les différents partenaires. Deux réunions annuelles permettent actuellement ces échanges.

La réunion en fin d'année scolaire permet en particulier d'élaborer le nouveau programme en tenant compte des suggestions des différents partenaires.


[1] Ce point est développé plus longuement dans le document intitulé « “Écran large sur tableau noir” : Définition et réflexions ».

[2] Rappelons que la projection à l'école d'un film en vidéo ou en DVD acheté ou loué par ailleurs constitue une infraction à la législation sur les droits d'auteur, car une telle projection ne se déroule pas dans le cadre de la famille et a un caractère public (même si les participants ne paient aucun droit d'entrée). Les projections organisées dans le cadre d'« Écran large sur tableau noir » le sont en accord avec les distributeurs concernés, et le prix d'entrée demandé vise notamment à rétribuer de façon normale les auteurs (des films).

[3] Cf. le document intitulé « “Écran large sur tableau noir” : Définition et réflexions ».

[4] Cf. la note précédente.


Revenir à la page d'accueil d'écran large sur tableau noir