Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
affiche du dossier Bowling for Columbine

Thématiques abordées

Société
Éthique, éducation, mœurs

Aspects du film analysés

Mise en scène
Sens du film
Langage et techniques du documentaire
Réactions, émotions, point de vue des spectateurs

Mots-clés

violence
arme armes
mort
États-Unis
politique




Bowling for Columbine

de Michael Moore

  • Indication
    Canada-USA, 2002, 2 h00
  • Genre
    Documentaire / Docu-fiction,
  • Public scolaire
  • Langue
    version originale anglaise
  • Format PDF
    28 pages, 210 x 297, 5,6€
Consulter un extrait

Le 20 avril 1999, après une innocente partie de bowling, deux adolescents ont abattu froidement quinze personnes de leur école, la Columbine High School. Michael Moore se base sur ce fait divers dramatique pour s'interroger sur la violence aux Etats-Unis. Les statistiques sont parlantes : il y a aux Etats-Unis bien plus de meurtres par balle que dans n'importe quel autre pays occidental. Pourquoi? Cette question, Michael Moore la pose à l'homme de la rue, à des experts, à des vedettes...
Le résultat? Un documentaire décapant où l'ironie et le second degré laissent néanmoins la place à l'analyse. Ainsi, le réalisateur ne critique pas seulement la vente libre des armes aux Etats-Unis mais aussi les médias qui entretiennent la peur, les insuffisances du système social et même la politique impérialiste de l'Etat américain. Adepte de l'humour et de la confrontation, Michael Moore dénonce le cynisme des marchands d'armes de toute envergure : de la banale supérette où les munitions, comme les boîtes de petits pois, sont en libre accès, à la puissante National Rifle Association, en passant par les banques qui vous offrent une arme quand vous y ouvrez un compte... Bowling for Columbine fait rire et frissonner, mais sait aussi émouvoir, notamment quand ce sont des rescapés de la tuerie de Columbine qui s'expriment...
Le film de Michael Moore a remporté un succès inhabituel pour un documentaire. Il est vrai que le réalisateur, par son ton et son propos, a le don de flatter l'anti-américanisme de certains Européens, une tendance qui a le vent en poupe. (La génération qui a connu les libérateurs américains à la fin de la seconde guerre mondiale vieillit et a laissé la place à une génération plus sensible à une suprématie américaine qu'ils tolèrent mal, et qui s'exprime dans quantité de domaines : le commerce, l'industrie, les sciences et technologies, la force militaire, la culture, voire le sport.)
Le regard de Michael Moore est certes unilatéral mais se double néanmoins d'une vraie démarche de documentariste qui sait poser de bonnes questions et ébaucher des analyses dignes d'intérêt.

Ce dossier, qui s'adresse aux enseignants du secondaire qui verront ce film avec leurs élèves (entre quinze et dix-huit ans), voudrait susciter une démarche de réflexion auprès des spectateurs, mais également interroger la mise en scène du film et susciter une interrogation sur nos propres réactions par rapport à la violence.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier