Medias
Journal & grilles Appli mobile Newsletters Galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Avant-première
le Mardi 28/05/2024
le Parc

Après la pluie

et rencontre Voir l'événement
Festival
le Mardi 28/05/2024
Caméo

Festival Prendre Soin Namur

Projection spéciale de 3 courts métrages Voir l'événement
Projection unique
le Mercredi 29/05/2024
Churchill

Les Pas perdus

en présence de l’équipe du film Voir l'événement
Ciné-Cocoon
le Vendredi 31/05/2024
Sauvenière

CinéCocoon : Le Tableau volé

projection adaptée pour jeunes parents et leur bébé Voir l'événement
Ciné-Cocoon
le Vendredi 31/05/2024
Caméo

CinéCocoon : Le Tableau volé

projection adaptée pour jeunes parents et leur bébé Voir l'événement
Projection unique
le Vendredi 31/05/2024
Caméo

Leurs Odyssées

dans le cadre des “Bike Talks” Voir l'événement
Fête de quartier
le Samedi 01/06/2024
le Parc

Blue et compagnie VF

Fête du quartier Bressoux-Droixhe Voir l'événement
Avant-première
le Lundi 03/06/2024
Caméo

Après la pluie

et rencontre Voir l'événement

Actualités

job

Travailler cet été au cinéma Sauvenière ?

Publié le : 17-05-2024

Les Grignoux recrutent un·e étudiant·e pour l’entretien de la terrasse du cinéma Sauvenière au lendemain de chaque projection en plein air. Disponible tous les dimanches (!) du 30 juin au 1er septembre 2024 de 7h à 11h. Contrat étudiant • 4h/semaine • Liège. Infos et candidatures en ligne ci-dessous. Bienvenue !

>> Voir l'offre et postuler

 

résistance

NO PASARÁN, à Namur aussi !

Publié le : 15-05-2024

Les Grignoux et le Caméo s'associent à l'événement de Nuit Blanche VS listes noires du 7 juin 2024 à Namur ! Si, comme nous, la montée en puissance des idées d'extrême droite vous inquiète ou vous révolte, rejoignez-vous aussi le mouvement et partagez l'info autour de vous ! NO PASARÁN

>> Voir l'événement sur Facebook

partenariat

La brasserie Sauvenière s'associe à INTERRA !

Publié le : 14-05-2024

Les Grignoux et la brasserie Sauvenière s’associent à l’asbl INTERRA dans le cadre du projet Duo2Change.

Ce projet vise à mettre en lien une personne nouvellement arrivée et une personne locale pour changer les regards sur la migration et renforcer l'inclusion des nouveaux arrivants à Liège ! Les Duos se rencontrent dans différents lieux de la Cité Ardente (cafés et lieux culturels) et pratiquent le français ensemble, durant environ une heure par semaine. Une à deux consommations sont offertes à chacun·e !

L'objectif de ce partenariat pour les duos est de leur permettre de découvrir Liège et ses cafés emblématiques, de se retrouver dans un endroit neutre et accueillant, de ne pas faire intervenir de question financière entre les Duos...

Envie de vous inscrire dans ce projet ? Toutes les infos sont ici : >> Duo2change

décès

Hommage à Laurent Cantet

Publié le : 26-04-2024

Voici quelques photos en guise d'hommage à Laurent CANTET, que nous connaissions bien aux Grignoux et malheureusement parti beaucoup trop tôt... Lauréat de la Palme d’or à Cannes en 2008 avec « Entre les murs », il est venu plusieurs fois dans nos cinémas : en 2013, pour présenter "Foxfire, confession d'un gang de filles" (comme l'a signalé Dominique Houcmant) mais aussi plus récemment, en 2017, pour "L'Atelier" avec Marina Foïs. Discret, courtois, très professionnel, il partageait des combats et les valeurs humanistes qui nous sont chères, notamment pour les sans-papiers ou l'égalité hommes-femmes. C'est un grand monsieur du cinéma qui s'en va, son œuvre lui survivra...

>> Voir l'album

lutte

25 ans déjà, je ne l'accepte toujours pas ! - Marche contre le centre fermé de Vottem

Publié le : 04-04-2024

Aux Grignoux, nous sommes depuis toujours aux côtés du CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers). Nous vous invitons ce 14 avril à rejoindre la Marche contre le centre fermé de Vottem !

Information du CRACPE :

Il y a 25 ans, en mars 1999, s’ouvrait le centre fermé pour étrangers de Vottem. Aujourd’hui, il existe en tout six centres fermés pour étrangers en Belgique dont actuellement un seul en Wallonie. En 2023, ils ont une capacité théorique d’environ 700 places. En 2023, 8333 personnes ont été éloignées de la Belgique, dont 3383 à partir d’un centre fermé par une expulsion forcée, 1843 refoulements directement à l’arrivée à l’aéroport, 3107 départs « volontaires » (Le Soir 6/02/24).

De nouveaux centres fermés sont en projet : à Jumet, à Zanvliet, et un autre à Jabbeke remplacerait celui de Bruges afin d’augmenter encore le nombre de retours forcés. Ce durcissement de la politique migratoire de l’Etat belge est à mettre en lien avec la contamination des idées de l’extrême-droite.

Nous n’acceptons pas :

❌ Le renvoi vers leurs pays d’origine des personnes alors qu’elles ont fui des persécutions de toutes sortes, qu’elles soient politiques, racistes, sexistes ou homophobes etc.. Ou encore la guerre, les conséquences du réchauffement climatique, la misère liée à l’exploitation. Beaucoup n’ont pu obtenir un titre de séjour en Belgique, à cause de la politique restrictive de l’Etat belge en matière d’asile, mais aussi d’accès au regroupement familial, d’obtention d’un permis de travail ou d’un séjour étudiant etc.

❌ La détention sur simple décision d’une administration, l’Office des Etrangers ; il ne s’agit pas d’une ordonnance judiciaire, d’un délit, mais d’un enfermement arbitraire, contraire aux Droits Humains.

❌ La violence exercée à l’égard de ces personnes : les centres fermés ont comme objet la mise en œuvre du processus d’expulsion, tout est organisé pour briser la résistance à celle-ci. Dès qu’un.e détenu.e proteste contre les conditions de détention ou se montre opposé à son expulsion, il se retrouve au cachot - prison dans la prison - , ou en isolement, cachot déguisé ! La réalité des centres fermés, ce sont aussi des décès : suicides, décès de personnes mises au cachot alors qu’elles sont dans une situation de santé préoccupante. Ce sont des coups, des tortures, des insultes portés au paroxysme au moment de l’expulsion.

❌ La maltraitance : la récente grève du personnel du centre fermé de Vottem en décembre 2023 a mis en lumière des conditions sanitaires et de vie déplorables non conformes à la dignité humaine. Dans les centres fermés se trouvent aussi des personnes malades, vulnérables, dont les soins ne sont pas pris en charge.

❌ La séparation des familles qui devient définitive au moment de l’expulsion : une étude récente de JRS (Jesuit Refugee Service) – rapport_separation_de_familles.pdf (jrsbelgium.org – montre que 40% des personnes détenues ont une famille en Belgique, belge, européenne, ou étrangère avec titre de séjour ! Leurs enfants en souffrent quotidiennement, ainsi que leurs parents, leurs conjoint.e.s.

❌ Le retour volontaire imposé par des Coachs de l’Office des Etrangers aux « sans-papiers » convoqués qui, s’ils n’obtempèrent pas, sont menacés de détention et d’expulsion.

❌ L’absence de perspective de régularisation du séjour pour celles et ceux qui ont tissé des liens et construit leur vie ici, et vivent au quotidien dans la précarité et la surexploitation.

❌ Le non-hébergement des demandeurs d’asile, laissés pendant des mois à la rue au mépris de toutes les conventions internationales !

❌ Le futur Pacte Européen sur l’Asile et la Migration qui renforcera l’Europe forteresse par des centres fermés aux frontières extérieures prévus aussi pour des familles


Nous revendiquons :

✅ La suppression des centres fermés pour étrangers

✅ L’arrêt des expulsions

✅ Une politique d’asile et d’immigration qui respecte les Droits Humains

✅ Le droit de vivre en famille

✅ La régularisation des sans-papiers

✅ Le respect du droit d’asile, la liberté de circulation

 

RENDEZ-VOUS LE 14 AVRIL POUR MARCHER CONTRE LE CENTRE FERMÉ DE VOTTEM :

➡️ 14h : Départ Place Saint-Lambert

➡️ 15h : Enclos des Fusillés

➡️ 16h : Devant le centre fermé de Vottem

Édito du journal n° 310

Publié le : 27-03-2024

En tant qu’exploitants de salles de cinéma art et essai, nous nous interrogeons sans cesse sur la manière dont le cinéma dialogue avec le monde et ses aspérités, et nous aide à les penser (parfois même à les panser). Sur la manière dont celui-ci entre en résonnance avec l’actualité et l’éclaire d’une lueur juste et singulière. Nous croyons fermement au fait que les films vibrent avec leur époque, et cette conviction est celle qui accompagne chaque jour notre travail, nos choix éditoriaux, la création de nos animations.

Dans cette période sombre que nous traversons, où il suffit de mettre un pied dehors pour être confronté au visage de la précarité, avec dans l’air ce parfum diffus et étourdissant de catastrophe et d’effondrement, le cinéma demeure pour nous le lieu où surgit la lumière.

Que peut aujourd’hui, dans ce contexte, la salle de cinéma ? Nous en sommes convaincus : elle peut créer du lien, du débat, de la poésie. C’est aussi à cette dimension-là que nous pensons quand nous préparons nos activités et discutons avec nos partenaires : conserver et préserver cet espace d’éducation permanente où nos idées — et les vôtres — vont fermenter. Une mission qui prend d’autant plus de sens en cette période pré-électorale.

C’est dans cette démarche que nous proposons, cette fois-ci encore, de nombreuses rencontres, avant-premières ou projections uniques qui viennent enrichir la programmation des films en sortie. Dans Une affaire de principe, où Bouli Lanners interprète José Bové, Antoine Raimbault revient sur l’enquête que celui-ci mena au sein du Parlement européen pour révéler l’accointance des lobbies de l’industrie du tabac avec certains parlementaires dans le but de contrer des directives de santé publique. Dans La Promesse verte, Édouard Bergeon (réalisateur d’Au nom de la terre) développe, quant à lui, une fiction entièrement documentée pour dénoncer les coulisses politiques qui organisent la déforestation à l’autre bout de la planète à des fins uniquement économiques. Deux films-dossiers qui éclairent avec intelligence la mainmise des lobbies dans des décisions qui impactent les citoyens et la planète.

Dans la fiction Il pleut dans la maison, autre film-phare de ce journal, Paloma Sermon-Daï, cinéaste belge émergeante et déjà reconnue à l’international, nous raconte avec délicatesse la lente désintégration d’une maison. Sous cette image pleine de symboles s’immisce l’essoufflement d’une jeunesse belge, provinciale et socialement fragilisée, qui lutte silencieusement pour réinventer son désir de vivre dans une société qui lui accorde trop peu de considération.

Les vibrations du monde, comme nous l’évoquions, sont aussi au cœur de nos animations. Des rencontres qui questionnent l’urbanisme des grandes villes (La Belle Ville), les violences policières (Quand la police tue et Avant que les flammes ne s’éteignent), ou encore les défis posés par la fast fashion. Autant de thématiques qui, directement ou indirectement, participent à éclairer les mécanismes sociaux ou politiques qui organisent notre monde, et autour desquels échanger demeurent une porte d’accès à la citoyenneté et à la démocratie.

Nous attirons aussi votre attention sur notre première projection dans le cadre du mouvement United Screen for Palestine, jusque-là limité à Bruxelles, qui a pour objectif de diffuser des œuvres qui soutiennent la réalité et les récits du peuple palestinien (Un divan sur la colline). Une initiative par le cinéma pour proposer un autre regard sur cette tragédie en cours au Proche-Orient que celui transmis par les médias. Un regard humain, artistique, affranchi des commentaires politiques et idéologiques : l’inscription dans une démarche qui nous apparaît aujourd’hui d’une absolue nécessité.

Les Grignoux

Cycle d'ateliers

Publié le : 26-03-2024

La brasserie Sauvenière est désormais labelisée « établissement favorable à l’allaitement et au biberonnage » dans le cadre du projet C’EST PAS LA MÈRE À BOIRE en partenariat avec le Centre de planning familial Infor-Femmes Liège. À ce titre nous vous informons à propos d'un cycle d'ateliers organisé en collaboration avec la Ligue des familles et Barricade, commençant ce jeudi 28 mars à Liège dans les locaux de Barricade.

>> Voir le programme

 

soutien

Vous aussi, devenez coopérateurs d'Imagine COOP !

Publié le : 22-03-2024

Les Grignoux sont devenus coopérateurs d'Imagine COOP il ya quelques semaines déjà. Soutenez vous aussi le redéploiement de ce magazine indépendant avec lequel nous collaborons depuis longtemps, spécialisé dans les questions sociales, écologiques et de solidarité internationale, et porteur des thématiques qui nous concernent comme vous pouvez le lire ici, ou . Prenez part aux transformations et à la transition en soutenant le média de l'information constructive. Ce sont les derniers jours, la campagne se termine fin de ce mois ! N'hésitez pas à contacter l'équipe par mail via info@imagine-magazine.com et surtout à 

>> Rejoindre la coopérative !

 

8 mars ♀︎

Il reste encore demain... Si !

Publié le : 08-03-2024

En cette Journée Internationale des Droits des Femmes, il est souvent plus que nécessaire de rappeler que la lutte pour l'égalité n'est pas confinée à une seule date… C'est un combat de tous les jours (auquel nous tentons régulièrement de contribuer aux Grignoux), et le chemin encore à parcourir est encore long... Le 20 mars prochain sortira le film "C'è ancora domani" de Paola Cortellesi, une puissante histoire d'émancipation qui est devenue un véritable phénomène de société en Italie l’année dernière, avec plus de 5 millions d’entrées au cinéma (devant Barbie !). À travers le parcours de Delia dans l'Italie d'après-guerre, ce film nous interpelle sur les violences et les oppressions que subissent les femmes. Une véritable dénonciation du patriarcat (bien illustrée par Pierre Kroll dans notre journal !) qui nous rappelle que, malgré les obstacles, "il reste encore demain" pour continuer à lutter pour un monde p̶l̶u̶s̶ COMPLÈTEMENT égalitaire. Si ! Rendez-vous au cinéma le 20 mars.

>> la fiche du film

 

hommage

Cécile Bertrand, amie des Grignoux, n'est plus...

Publié le : 02-03-2024

Cécile Bertrand, fidèle spectatrice de nos salles depuis toujours, a aussi et surtout marqué de son empreinte le Journal des Grignoux à travers ses illustrations pleines d'esprit, apportant une touche unique lors de ses contributions aux côtés de Pierre Kroll. Le dessin qui nous revient immédiatement en mémoire a accompagné la sortie d’Habemus Papam de Nanni Moretti. C'était en septembre 2011, dans le numéro 204. Son travail, caractérisé par un trait à la fois subtil et engagé, a toujours su trouver sa place à nos côtés, tant sur papier qu’à l’occasion des nombreuses mobilisations et expositions auxquelles elle a participé dans nos lieux. Nous adressons toutes nos pensées à ses proches mais aussi à celles et ceux qui, comme nous, appréciaient la plume et le crayon de cette grande dame. Les Grignoux.