Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Fermer la page

Extrait du dossier pédagogique
réalisé par les Grignoux
et consacré au film
Little Miss Sunhine
de Valérie Faris et Jonathan Dayton
USA, 2007, 1h38

Le dossier pédagogique dont on trouvera un extrait ci-dessous s'adresse aux enseignants du secondaire qui verront le film Little Miss Sunhine avec leurs élèves (entre douze et seize ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film.

Dégager les thèmes du film

Demandons aux participants de quoi le film Little Miss Sunshine parle. Quel est le thème principal du film ou quels sont les thèmes du film?

Répondre à cette question suppose un certain degré d'abstraction. En effet, ce qu'il y a de plus «visible» dans le film participe à un propos plus large, plus général.

Par exemple, le film parle d'un concours de beauté pour enfants. Ce concours est un élément essentiel du film puisque toute l'histoire y est liée: son titre porte le nom du concours, elle commence avec la nouvelle qu'Olive est invitée à y participer et elle se termine quand le concours est fini. Peut-on dire pour autant que les concours de beauté sont le thème principal du film? Non; il s'agit plutôt d'un élément narratif important plutôt que d'un thème. Un thème a une portée plus générale et est abordé de différentes manières dans le film.

Il faut également éviter d'adopter un point de vue trop large, en disant par exemple, que le thème du film est «les relations humaines»... Les relations entre les personnages dans Little Miss Sunshine sont certes riches et intéressantes, mais le sont-elles plus que dans d'autres films qui mettent plusieurs personnages en scène? Sont-ce «les relations humaines» qui distingue particulièrement ce film d'un autre? Il s'agit donc de trouver le point de vue juste. Qu'est-ce qui dans ce film est suffisamment important pour être considéré comme un sujet dont l'auteur a délibérément voulu parler, mais qui ne soit pas trop général, auquel cas l'on pourrait dire qu'un grand nombre de films parlent de ce sujet?

Pour dégager les thèmes d'un film, on peut procéder de manière intuitive. Chacun dit ce qui lui semble être une particularité du film. Qu'est-ce qui pour vous «émerge» du film? Qu'est-ce que le film dit? De quoi les auteurs ont-ils voulu parler?

Prenons note des réponses des participants. Est-ce que des liens peuvent se nouer entre ces éléments? Est-il possible d'élaborer quelque chose à partir de ces éléments?

Pourraient être cités, par exemple: la famille, ce qu'on est prêt à faire pour réussir, les échecs, les contraintes sociales, etc.

Invitons ensuite les participants à développer ces idées. Comment ces différents points sont-ils illustrés dans le film? Quel est le propos des auteurs sur ces différents points? Par exemple, quel regard portent les auteurs du film sur la famille?

Ce sujet te paraît-il être un thème important du film?

La «normalité»:

le film fait le portrait d'une famille, qui est à la fois ordinaire et excentrique. Plusieurs des membres de cette famille s'écartent de la norme et le film pose donc implicitement la question de la «normalité».
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

Le niveau de vie:

le film montre à plusieurs reprises que la famille a du mal à joindre les deux bouts. Cette image est sans doute surprenante pour le spectateur européen moyen: aux États-Unis, qui sont un pays très riche, on n'imagine pas qu'une famille comme les Hoover (blancs, éduqués, ...) puisse connaître des difficultés financières.
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

Le culte de la réussite:

le propos du film est de dire que, contrairement à la vision du monde de Richard (il y a deux sortes de gens dans le monde: les perdants et les gagnants), il ne suffit pas de vouloir gagner pour être un gagnant et il ne suffit pas d'être un gagnant pour réussir sa vie.
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

L'éducation des enfants:

dans le film, les parents ne sont pas toujours d'accord sur la manière d'éduquer leurs enfants, et la présence de deux autres personnes (le grand-père et l'oncle) qui ne font pas partie de la «famille cellulaire» les amène à se poser des questions sur ce qu'il faut transmettre (ou pas) à leurs enfants.
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

La famille:

les liens qui unissent les 6 personnages du film ne sont pas très forts. Ce sont les circonstances qui vont les amener à entreprendre ce voyage ensemble, mais plusieurs d'entre eux préféreraient «être ailleurs». Pourtant, cette expérience commune va leur permettre de resserrer ces liens.
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

L'expérience de la perte:

plusieurs personnages du film (si pas tous...) ont fait ou vont faire l'expérience de perdre quelque chose d'important pour eux. Ils vont surmonter cette expérience douloureuse en trouvant du réconfort au sein de la famille.
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

L'individualisme:

le film met en scène des personnages qui ne se soucient guère des problèmes des autres. Chacun suit sa propre route. Dans ce contexte, la famille est montrée d'abord comme une contrainte, ensuite comme un refuge.
  • Oui, tout à fait
  • Oui, un peu
  • Non, très peu
  • Non, pas du tout

Chaque participant évalue individuellement la pertinence de ces thèmes. Ensuite, les résultats sont confrontés. Pour tous les thèmes qui sont jugés importants par plusieurs participants, ceux-ci sont invités à justifier leur réponse. Pourquoi ce thème est-il important? Comment est-il développé dans le film?

Voici un exemple des commentaires qui pourraient être faits. On peut soumettre la lecture de ces textes aux participants après la mise en commun des résultats. Ensuite, on peut prolonger la réflexion en se positionnant par rapport à ces différents thèmes: les participants sont-ils d'accord ou pas avec ce que dit le film?

La «normalité»

Le film met en scène plusieurs personnages qui ne sont pas ordinaires, mais qui ne sont pas non plus des héros. Par exemple, les spécialistes de Proust ne courent pas les rues... Il n'est pas si courant de rencontrer un vieil homme qui consomme des drogues dures (autres que les médicaments...) et qui conseille à son petit-fils de faire l'amour le plus souvent possible (et avec des mineures tant qu'il n'est pas majeur lui-même) ... Les inventeurs de méthodes pour rencontrer le succès ne sont pas très nombreux non plus. Enfin, il est plutôt bizarre de faire vœu de silence en attendant de rentrer dans une école de pilotage. Ainsi, plusieurs personnages du film sont «hors du commun». Quand nous faisons leur connaissance au début du film, ces personnages peuvent susciter des réactions diverses: on peut trouver pathétique le spécialiste de Proust qui s'est fait voler son amant et qui a ensuite perdu tout ce qu'il avait. Mais on peut aussi le trouver sympathique et touchant. Le grand-père peut être vu comme une personne pas très convenable ou comme un épouvantable grincheux ou comme un vieillard plein de bon sens! Quels qu'ils soient au départ, les sentiments des spectateurs vis-à-vis de ces personnages s'adoucissent certainement au fil de l'histoire. Leurs déboires finissent par émouvoir. On pourrait donc dire que le message des auteurs est un message de tolérance. Nous avons tous nos bizarreries, mais nous sommes tous des êtres humains avec des défauts et des qualités et nous sommes tous dignes de respect.

En mettant en scène plusieurs personnages qui cumulent les excentricités, des personnages qui nous sont sympathiques au bout du compte, le film développe un propos critique par rapport à la société de consommation qui valorise les personnages beaux, riches, lisses et sans aspérité.

Et toi, quel est ton sentiment par rapport à ces personnages? T'ont-ils touché(e) à un moment du film? lequel d'entre eux t'a semblé le plus «bizarre»? le spécialiste de Proust, homosexuel et suicidaire? l'adolescent mutique et lecteur de Nietzsche? la mère qui achète du poulet tout préparé et qui propose que l'on mange dans des assiettes en carton? le grand-père toxicomane très intéressé par le sexe? la petite fille fascinée par Miss America? le père qui n'arrive pas à vendre sa méthode (pourtant infaillible) vers le succès?

Le niveau de vie

À plusieurs reprises, le film montre les difficultés financières de la famille Hoover. C'est un problème d'argent qui amène la famille à se rendre à Redondo Beach en voiture. Les Hoover n'ont pas les moyens de prendre l'avion. Le manque d'argent est aussi la cause de la présence de Frank à la maison: le médecin aurait préféré le garder à l'hôpital, mais la famille n'a pas les moyens de payer la chambre et les soins. Et c'est évidemment le manque d'argent qui empêche les Hoover d'avoir un véhicule en ordre de marche! C'est encore parce qu'ils ne sont pas riches qu'ils doivent choisir un petit déjeuner à 4$ maximum par personne. Enfin, c'est leur situation financière qui met le couple Sheryl-Richard en danger: la tentative de Richard de vendre sa méthode n'aboutit pas, donc l'argent ne rentre pas et l'atmosphère dans le couple est de plus en plus tendue.

Implicitement, le film critique le «rêve américain»: Richard a un projet, il y croit, il travaille tant qu'il peut, mais le projet n'aboutit pas. Il ne suffit pas de vouloir et de travailler pour réussir dans la vie.

Et toi, as-tu été surpris de voir combien les Hoover avaient du mal à joindre les deux bouts? Penses-tu qu'ils gèrent bien leur argent?

D'autres commentaires

D'autres commentaires sont disponibles dans le dossier imprimé.

Affiche


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier