Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
affiche du film Le temps des forêts
  • Rencontre

    Le 21/02/19 à 20:00

    Le temps des forêts

    Un documentaire précis, virulent et passionnant sur les nouveaux protocoles de l’exploitation forestière

    Ça ne vous avait pas immédiatement sauté aux yeux – pas plus qu’aux oreilles ou aux narines. Là où, autrefois, la vie bruissait de mille insectes, mille essences végétales, dans une généreuse anarchie auto-régulée, on peut aujourd’hui se balader au milieu des arbres sans entendre le moindre chant d’oiseau, sans que l’odeur d’humus vienne nous chatouiller la narine – et traverser, à perte de vue, des alignements de pins, bien espacés, bien rangés, bien propres, bien tous de la même espèce. C’est là, tout d’abord, que le film de François-Xavier Drouet nous emmène. Dans ces drôles de forêts qui n’en sont plus vraiment – plutôt des plantations. D’ailleurs on ne parle plus de gestion de la forêt, mais d’exploitation.

    Vous l’avez compris : comme dans tous les domaines dans lesquels l’Homme fourre son nez, la sylviculture n’échappe pas aux sacro-saintes exigences d’efficacité et de rentabilité. L’offre s’aligne sur la demande, en qualité et en quantité. Le marché demande du pin, c’est la mode, ça pousse vite, c’est facile à travailler. Aussi sec (on parle quand même encore en décennies), les forêts, landes et campagnes françaises se transforment en pinèdes. Adieu, la diversité, adieu l’écosystème, sacrifiés sur l’autel du profit.

    Comme dans tous les types d’exploitations agricoles, le modèle productiviste s’est imposé à la sylviculture. Monoculture, évidemment, et mécanisation radicale, violente, de la filière, qui transforme les acteurs en prestataires et coupe le lien qui reliait les hommes aux arbres.

    D’une exploitation l’autre, Le temps des forêts dresse un constat saisissant, sans concession, de l’état de nos forêts. Le film raconte, de l’abattage à la scierie, la légitime inquiétude d’une filière peu à peu déshumanisée, ainsi que la tout aussi légitime colère des gardes forestiers transformés par leur administration de tutelle en comptables esseulés d’une matière première à faire fructifier. Tout cela serait d’une tristesse infinie, mais heureusement, François-Xavier Drouet oppose au système mortifère une kyrielle d’expériences alternatives, d’actions concrètes qui n’ont d’autre but que d’en contrecarrer les effets. Face à la logique néolibérale et sa responsabilité dans la destruction des écosystèmes, elles parient sur le temps long, préservent ce qui peut l’être et, indéfectiblement du côté des arbres, de l’humus, des biches et des oiseaux, préparent, joyeusement, l’avenir.

    Projection suivie d’une rencontre avec Marc Bussers, de foretnature.be, et Sebastien Lezaca-Rojas, de l’asbl Forêt et Naturalité

    En partenariat avec Forêt.Nature.be et la Régionale Natagora namuroise Coeur de Wallonie

    Prix d’entrée habituels, places en prévente à partir du jeudi 24 janvier 

     Tweet