Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Final Portrait

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Final Portrait

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Stanley Tucci
  • Interprété par
    Geoffrey Rush, Armie Hammer, Clémence Poésy, Sylvie Testud
  • Distributeur
    ABC Distribution
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    Royaume-Uni
  • Année
    2018
  • Durée
    1 h 34
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2018-06-06

Un moment dans la peau de Giacometti. Le temps d’un portrait particulièrement difficile à accoucher.

En 1964 à Paris, le jeune écrivain américain James Lord accepte de poser pour le peintre-sculpteur Giacometti, ami de sa famille. Nous sommes dans le beau monde parisien des sixties, l’élégance y est partagée. Quoi de plus naturel, donc, que de se faire tirer le portrait par un génie du vingtième siècle. Et puis, il ne s’agit que d’une formalité de quelques jours… Oui, mais cela est sans compter sur la personnalité extravagante de Giacometti.

Notre jeune lettré va devoir s’armer de patience. Le maître est loin d’être un adepte du tirage en série. Et c’est à travers le regard tour à tour effaré et goguenard de James Lord que nous allons découvrir les tourments créatifs de Giacometti, son penchant immodéré pour les femmes (ses « muses », souvent prostituées) et sa manière fantasque de gérer son argent.

À travers de longues sessions constamment interrompues par le besoin de festoyer, décompresser, trouver un souffle mieux inspiré, le film nous fait pénétrer dans la fièvre créatrice de l’artiste et nous fait partager l’insatisfaction permanente qui le ronge.

Geoffrey Rush (Shine, Le discours d’un roi…) nous offre une incarnation à la fois sobre et percutante d’un artiste habité par ses démons. Le film a la bonne idée de jouer la carte de la comédie enjouée, histoire de ne pas prendre trop au sérieux le poncif de l’artiste bohême incompris. Ici, Giacometti est à la fois pathétique, visionnaire, farceur, capricieux.

© Grignoux — Dany Habran

 Tweet