Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Venom

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Venom

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Ruben Fleischer
  • Interprété par
    Tom Hardy, Michelle Williams, Riz Ahmed, Woody Harrelson
  • Distributeur
    Sony Pictures
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    États-Unis
  • Année
    2018
  • Durée
    1h50
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2018-10-10

« Le monde a assez de super-héros », slogan du film, annonce la couleur : s’il est bien le dernier-né Marvel, Venom est un anti-héros, ennemi de Spiderman, symbiote maléfique dans le corps d’un homme qui lutte contre lui-même et ses actes de grande violence

film visible uniquement au cinéma Sauvenière, à Liège

On nous l’annonce plus sombre, plus violent, plus mature que certaines franchises pour ados. De fait, une fois le pauvre Eddie Brock (Tom Hardy, physique de l’emploi) transformé en Venom, ça ne rigole pas. Doubles rangées de canines aiguisées, corps musculeux gluant veiné de blanc, yeux d’insectes cannibales, il a des allures de Hulk mâtiné d’une tête d’Alien et d’une pensée articulée à la Dark Vador. Un cocktail détonnant qui fout les jetons…

Quant à l’intrigue, c’est toujours la même chose : on sait peu de choses, si ce n’est ce que le studio a l’art de « teaser » au compte-gouttes.

Soit l’histoire d’Eddie, journaliste qui, en enquêtant sur des trucs – forcément – chelous, se retrouve en première ligne des expérimentations de chercheurs cinglés. Le voilà avec en lui-même un autre que lui, féroce, sans pitié, qui se sert de lui comme d’une enveloppe corporelle plus ou moins commode. Et Eddie doit lutter contre la bête qui ne sommeille pas beaucoup…

En soi ou hors de soi, on en revient toujours à cette bonne lutte du bien contre le mal, de la contamination de l’un par l’autre, et vice-versa. Ça, et les effets spéciaux qui ont franchement l’air spectaculaires. 

 Tweet