Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film The wife

Prochaines séances

  • 2018-12-11 16:00
  • 2018-12-11 16:00
  • 2018-12-12 16:00
  • 2018-12-12 18:15
  • 2018-12-13 12:00
  • 2018-12-13 14:15
  • 2018-12-14 12:00
  • 2018-12-14 18:00
  • 2018-12-14 22:00
  • 2018-12-15 20:15
  • 2018-12-15 20:15
  • 2018-12-16 18:15
  • 2018-12-17 12:00
  • 2018-12-17 16:15
  • 2018-12-17 16:15
  • 2018-12-18 16:30
  • 2018-12-18 18:15
  • 2018-12-19 15:45
  • 2018-12-20 12:00
  • 2018-12-20 18:30
  • 2018-12-21 12:10
  • 2018-12-21 16:15
  • 2018-12-22 12:00
  • 2018-12-22 20:20
  • 2018-12-23 18:30
  • 2018-12-24 18:30

The wife

  • Choisissez une séance
    • Mar. 11 Décembre | 16:00
    • Mar. 11 Décembre | 16:00
    • Mer. 12 Décembre | 16:00
    • Mer. 12 Décembre | 18:15
    • Jeu. 13 Décembre | 12:00
    • Jeu. 13 Décembre | 14:15
    • Ven. 14 Décembre | 12:00
    • Ven. 14 Décembre | 18:00
    • Ven. 14 Décembre | 22:00
    • Sam. 15 Décembre | 20:15
    • Sam. 15 Décembre | 20:15
    • Dim. 16 Décembre | 18:15
    • Lun. 17 Décembre | 12:00
    • Lun. 17 Décembre | 16:15
    • Lun. 17 Décembre | 16:15
    • Mar. 18 Décembre | 16:30
    • Mar. 18 Décembre | 18:15
    • Mer. 19 Décembre | 15:45
    • Jeu. 20 Décembre | 12:00
    • Jeu. 20 Décembre | 18:30
    • Ven. 21 Décembre | 12:10
    • Ven. 21 Décembre | 16:15
    • Sam. 22 Décembre | 12:00
    • Sam. 22 Décembre | 20:20
    • Dim. 23 Décembre | 18:30
    • Lun. 24 Décembre | 18:30
  • Réalisé par
    Björn Runge
  • Interprété par
    Glenn Close, Christian Slater, Jonathan Pryce
  • Distributeur
    Imagine
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    États-Unis
  • Année
    2018
  • Durée
    1h40
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2018-11-14

Glenn Close est l’héroïne de ce beau drame conjugal, cette femme rompue aux désirs de son mari et qui, à l’orée de la consécration de celui-ci, va remettre toute sa vie en question…

Une sonnerie de téléphone retentit au petit matin, un couple se réveille, sur le qui-vive. Jo (Jonathan Pryce), vieil homme grisonnant, décroche prudemment le combiné sur sa table de nuit. La voix à l’autre bout du fil n’a pourtant rien d’inquiétant. L’appel vient de Suède et l’homme qui cherche à le joindre n’a simplement pas tenu compte du décalage horaire. Peu importe l’heure quand on s’apprête à révéler l’une des plus belles annonces qui soient… Jo suspend directement la conversation, il aimerait que sa femme, Joan (Glenn Close), puisse entendre la suite. Elle se précipite donc vers un autre combiné et attend… Jo, prestigieux écrivain reconnu dans le monde entier, vient d’être nommé pour recevoir le prix Nobel de littérature, la consécration des consécrations ! Les vieux amants sont aux anges, allant même jusqu’à sauter joyeusement sur leur matelas. Alors qu’ils entament un marathon de cocktails et de célébrations, nous allons pouvoir observer les recoins de leur dynamique de couple et familiale, les détails turlupinants d’un équilibre pas toujours bien agencé.

Jo est un être fantasque, intelligent, accoutumé aux grands discours et au fait que tous les regards soient tournés vers lui. C’est à lui (et depuis longtemps) que s’adressent les compliments, et s’il n’omet jamais de saluer le soutien de sa femme, il a tout le mal à approuver les talents de son fils, un apprenti écrivain qui souffre d’un grand manque de reconnaissance. Les encouragements sont plutôt le domaine de Joan, en tant que mère, mais surtout en tant qu’ancienne et brillante étudiante en lettres. Aujourd’hui, son rôle s’apparente davantage à celui d’une précieuse assistante, s’assurant que son mari ait pensé à prendre ses médicaments, nouer convenablement sa cravate, etc. D’une dignité incroyable, elle accompagne Jo à chaque cérémonie, chaque remise de prix, acquiesçant en souriant à chacune des louanges faites à son mari.

Mais derrière cette façade de circonstances se dissimulent nombre de ressentiments que nous finiront par comprendre… Ceux d’une étudiante idéaliste qui rêvait d’écrire à une époque où les livres faits par des femmes restaient figés sur les bibliothèques des universités, passant à la trappe des éditions exclusivement dirigées par des hommes. Ceux d’une femme talentueuse qui a dû apprendre à faire fi de ses ambitions pour que la lumière puisse illuminer son époux.

ALICIA DEL PUPPO, LES GRIGNOUX

 Tweet