Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Woman at war

Prochaines séances

  • 2018-12-10 22:30
  • 2018-12-11 15:00
  • 2018-12-11 18:00
  • 2018-12-11 20:00
  • 2018-12-11 20:00
  • 2018-12-12 12:00
  • 2018-12-12 20:00
  • 2018-12-13 12:05
  • 2018-12-13 18:40
  • 2018-12-14 14:00
  • 2018-12-14 14:30
  • 2018-12-14 17:45
  • 2018-12-14 20:00
  • 2018-12-14 20:45
  • 2018-12-15 15:30
  • 2018-12-15 18:00
  • 2018-12-15 22:00
  • 2018-12-16 18:00
  • 2018-12-17 12:00
  • 2018-12-17 12:05
  • 2018-12-17 16:00
  • 2018-12-17 18:15
  • 2018-12-18 14:15
  • 2018-12-18 16:15
  • 2018-12-18 20:15
  • 2018-12-18 20:45
  • 2018-12-19 18:30
  • 2018-12-19 20:00
  • 2018-12-20 14:15
  • 2018-12-20 20:45
  • 2018-12-21 14:15
  • 2018-12-21 18:15
  • 2018-12-21 20:15
  • 2018-12-22 12:00
  • 2018-12-22 18:15
  • 2018-12-22 20:45
  • 2018-12-22 22:30
  • 2018-12-24 12:00
  • 2018-12-24 18:15
  • 2018-12-25 18:00

Woman at war

  • Choisissez une séance
    • Lun. 10 Décembre | 22:30
    • Mar. 11 Décembre | 15:00
    • Mar. 11 Décembre | 18:00
    • Mar. 11 Décembre | 20:00
    • Mar. 11 Décembre | 20:00
    • Mer. 12 Décembre | 12:00
    • Mer. 12 Décembre | 20:00
    • Jeu. 13 Décembre | 12:05
    • Jeu. 13 Décembre | 18:40
    • Ven. 14 Décembre | 14:00
    • Ven. 14 Décembre | 14:30
    • Ven. 14 Décembre | 17:45
    • Ven. 14 Décembre | 20:00
    • Ven. 14 Décembre | 20:45
    • Sam. 15 Décembre | 15:30
    • Sam. 15 Décembre | 18:00
    • Sam. 15 Décembre | 22:00
    • Dim. 16 Décembre | 18:00
    • Lun. 17 Décembre | 12:00
    • Lun. 17 Décembre | 12:05
    • Lun. 17 Décembre | 16:00
    • Lun. 17 Décembre | 18:15
    • Mar. 18 Décembre | 14:15
    • Mar. 18 Décembre | 16:15
    • Mar. 18 Décembre | 20:15
    • Mar. 18 Décembre | 20:45
    • Mer. 19 Décembre | 18:30
    • Mer. 19 Décembre | 20:00
    • Jeu. 20 Décembre | 14:15
    • Jeu. 20 Décembre | 20:45
    • Ven. 21 Décembre | 14:15
    • Ven. 21 Décembre | 18:15
    • Ven. 21 Décembre | 20:15
    • Sam. 22 Décembre | 12:00
    • Sam. 22 Décembre | 18:15
    • Sam. 22 Décembre | 20:45
    • Sam. 22 Décembre | 22:30
    • Lun. 24 Décembre | 12:00
    • Lun. 24 Décembre | 18:15
    • Mar. 25 Décembre | 18:00
  • Titre original
    Kona fer í stríð
  • Réalisé par
    Benedikt Erlingsson
  • Interprété par
    Halldora Geirhardsdottir, Davíd Thór Jónsson, Magnús Trygvason Eliassen
  • Distributeur
  • Langue
    islandais
  • Pays d'origine
    Islande
  • Année
    2018
  • Durée
    1h41
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2018-12-05

événement(s)

Voici un film vivifiant et impertinent qui nous transporte dans des paysages grandioses, aux basques d’un personnage formidablement attachant, et qui nous entretient joyeusement de la nécessité de la résistance subversive et du plaisir fou qu’on prend à la pratiquer

Halla est grande. Elle est cette belle quinquagénaire en pleine forme qui tend la corde de son arc pour s’attaquer aux lignes électriques. Traits concentrés, regard d’acier, sourire en coin, elle a la carrure d’une amazone. Pourtant, dans la vie d’Halla, point d’aventures à dos de cheval, son ennemi c’est la finance. Quand l’industrie de l’aluminium contamine son pays, souille sa nature virginale, Halla s’en va saborder les pylônes électriques qui alimentent ses usines. Peu importe que son combat soit celui du pot de terre contre le pot de métal. De petits en grands sabotages, la voilà devenue, pour l’opinion publique, l’insaisissable et énigmatique « Femme des montagnes ».

Celle qui galope à travers les champs de lave, solitaire au geste sûr, pour échapper aux autorités qui déploient leurs forces armées surdimensionnées. Au grand dam du gouvernement islandais et de la multinationale qui cherche à s’implanter, elle représente le minuscule grain de sable qui grippe à lui seul le rouleau compresseur du progrès aveugle, qui le ridiculise.

C’est tout aussi palpitant que réjouissant de la suivre dans ses cavales à travers monts et rivières d’opales, poursuivie par des hordes d’hommes armés jusqu’aux dents. Mais son programme va quelque peu être chamboulé par une nouvelle qu’elle n’attendait plus depuis longtemps : une demande d’adoption finalement acceptée et une enfant venue d’Ukraine qui risque bien de la pousser à accélérer sa mission militante. Non seulement l’histoire est exaltante, mais le récit est brillant, émaillé de surprises, comme ces deux trios, l’un de musiciens de jazz, l’autre de chanteuses folkloriques, qui surgissent dans les moments et les lieux les plus incongrus, faisant écho aux états d’âme d’Halla. Cette fable révolutionnaire a tôt fait de devenir une ode aux héros ordinaires de toutes les époques et surtout de la nôtre, toujours plus aux prises avec les dégâts climatiques d’une planète en surchauffe.

Les spectateurs intéressés trouveront une analyse complémentaire sur ce film, réalisée par les Grignoux et disponible dans les études et analyses en éducation permamente.

 Tweet