Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film 2001 : l'odyssée de l'espace

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

2001 : l'odyssée de l'espace

  • Choisissez une séance
  • Titre original
    2001: A space Odyssey
  • Réalisé par
    Stanley Kubrick
  • Interprété par
    Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester
  • Distributeur
    Fox
  • Langue
    anglais
  • Pays d'origine
    États-Unis / Grande-Bretagne
  • Année
    1968
  • Durée
    2h29
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Type
    Classique
  • Date de sortie
    2018-09-10
  • Page facebook du film

Objet expérimental et spectaculaire, le film-trip métaphysique de Kubrick n’a pas pris une ride

 Film visible uniquement dans nos cinémas liégeois

2001 est un trip d’une irréductible étrangeté, à la fois spectaculaire dans son ambition, ses effets spéciaux, ses maquettes d’aéronefs, sa station orbitale, son show futuriste clignotant, et complètement expérimental avec ses durées, ses moments de vide, sa rareté de dialogue, son montage long, son épaisseur philosophique et son emballage final ésotérique.

On peut voir ce film sous un angle sexuel, biologique, matriciel, tant abondent les symboles d’organes féminins ou masculins, les figures rondes et phalliques, les allégories d’accouplements.

On y remarquera aussi l’instinct prophétique de Kubrick dans les rapports entre les hommes et leur ordinateur qui sont au cœur du film dès 68, et au cœur de notre quotidien et de nos intimités aujourd’hui.

Mais par quel sortilège ce film demeure-t-il un objet de rêverie inépuisable pour les spectateurs qui l’ont vu quinze fois ? Où réside son abyssale suprématie sur tous les Star Wars ou Star Trek du monde ? Dans le monolithe noir, c’est-à-dire dans sa teneur existentielle, théologique, métaphysique…

Loin d’être une vulgaire démonstration d’effets spectaculaires ou un banal space-opera opposant bons et méchants, 2001 confronte l’espèce humaine à sa relativité, sa solitude et sa fragilité dans l’immensité des espaces infinis.

 Tweet