Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos Blog Grignews
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
affiche du dossier Liberté

Thématiques abordées

Histoire
Société

Aspects du film analysés

Sens du film

Mots-clés

Tsigane, Tsiganes, Gitan, Gitans
nazisme
persécution persécutions
Deuxième Guerre mondiale
nomadisme
racisme
Vichy
camp
internement interné internés
Auschwitz

Liberté

de Tony Gatlif

  • Indication
    France, 2010, 1 h 51
  • Genre
    Historique, Drame/Comédie
  • Public scolaire
  • Langue
    version originale en français
  •  
    36 pages, 210 x 297, 7.80€
Consulter un extrait

À travers le destin d’une famille arrivant dans un village français en 1943, Liberté raconte l'histoire des Tsiganes en France pendant l'Occupation, victimes d'un internement arbitraire et, pour un certain nombre d'entre eux, de la déportation et de l'extermination. Comme chaque année, ce groupe de Tsiganes est venu dans la région pour faire les vendanges. Or le gouvernement de Vichy vient de décréter l’interdiction pour les «Bohémiens» de circuler librement. Contre leurs habitudes ancestrales, ceux-ci se voient donc contraints de se sédentariser sous peine d’être internés dans des camps. Théodore, vétérinaire et maire du village, va alors tout faire pour éviter à ses hôtes le sort dramatique qui les attend, en leur cédant notamment sa propre maison pour une somme dérisoire. Mais malgré cette «régularisation», les membres de la famille ne cesseront d’être inquiétés, poursuivis et seront finalement arrêtés. Plein de vitalité et de musique, le film de Tony Gatlif donne à voir de l’intérieur une communauté dont la persécution pendant la Seconde Guerre mondiale a été longtemps occultée. Loin du film de genre, Liberté délaisse la confrontation habituelle entre bourreaux et victimes pour une approche à la fois plus juste et plus complexe. On y découvre ainsi les Tsiganes à travers les liens qu’ils développent avec la population locale : l’institutrice, qui tente de négocier la scolarisation des enfants; Théodore, le maire du village, ou encore P’tit Claude, un enfant recueilli par le maire après la disparition de ses parents et qui va instinctivement s’attacher à cette famille, à son mode de vie et son univers culturel. Humanisme, résistance, tolérance et solidarité sont des valeurs magnifiées par le film de Tony Gatlif, qui fait ressortir avec d’autant plus de force la barbarie du racisme. Le dossier consacré à Liberté est composé de trois grandes parties. La première propose de revenir sur une série d'événement ou de scènes du film qui méritent une petite réflexion ou analyse. On s'attachera notamment à préciser les rôle de l'auteur du film dans la mise en scène de ces éléments. La seconde partie aborde le contexte général des persécutions nazies à l'encontre des Tsiganes. Ce contexte, qui a fait l'objet de plusieurs études historiques importantes à partir des années 1990, reste pourtant mal connu du grand public qui ignore en particulier le sort particulier des nomades en France, dont seule une minorité a été déportée mais dont beaucoup ont été victimes d'un internement arbitraire dans des camps sur le sol national. Cet internement s'est en outre prolongé au-delà de la Libération de l'été 44. La dernière partie du dossier reviendra sur la situation actuelle des Tsiganes qui sont encore l'objet de nombreux préjugés: on s'attachera donc à démonter ces idées reçues.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier